LOGO église et histoire

L'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames



Dernière mise à jour
le 03/04/2020

Plan du site
Menu en haut de page
Aide

Les richesses de l'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames

L'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames ne fait pas partie des églises romanes de la Dombes. Elle date de la fin du XIXe siècle. Elle interpelle le visiteur par :

Malheureusement trois soubassements ont été détruits, ils ont été refaits en 1946. Si le thème initial est conservé, la qualité de la réalisation n'est pas à la hauteur de ce qu'avait réalisé initialement Lucien Bégule.

Liste des chapitres

HistoireReportage photos

Histoire

Le 27 février 1856, le conseil municipal de Neuville-les-Dames demanda, à propos du chemin de fer Bourg-Mâcon, que la station soit établie à Vonnas. Ce fait peut paraître anodin, mais la gare de Vonnas fut utilisée pour approvisionner les céramiques de l'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames dont la construction s'est terminée trente-six ans plus tard.

Victor DUGAS fut élu maire de Neuville-les-Dames le 23 janvier 1881, puis réélu le 20 mai 1888. Le 1er février 1894 François VACHERESSE succèda à Victor DUGAS.

L'église ne serait sûrement pas ce qu'elle est sans cet homme. Lui et sa famille savaient se dévouer pour des causes comme l'atteste le fait qui suit :
Durant la guerre de 1914-1918, Elisabeth Henriette Marie DESCOURS, femme de Paul DUGAS (lui-même fils de Victor DUGAS et de Françoise Jacquine Marie Alice BAROU de LA LOMBARDIÈRE de CANSON) créa l'hôpital auxiliaire numéro 6 à la Visitation de Bourg. Pendant toutes les années de guerre, elle consacra à cette œuvre toute son énergie, y compris sa fortune, apportant aux blessés un réconfort matériel et moral avec une admirable ténacité et une totale abnégation.

Dès la mobilisation, elle fonda le poste de secours-infirmerie de la gare de Bourg et organisa matériellement et médicalement l'infirmerie-hôpital de Neuville-les-Dames de 420 lits. Elle reçut pour ces actions la médaille vermeil de la reconnaissance et fut nommée chevalier de la légion d'honneur.

Les églises précédentes

L'église Saint-Maurice actuelle fut construite pour remplacer une précédente église Saint-Maurice, romane, construite au XIIe siècle dont le choeur était orienté vers l'est comme le veut la tradition. Les chanoinesses construisirent successivement trois églises dédiées à sainte Catherine d'Alexandrie :

Une chapelle se trouvait derrière ces deux églises, au milieu de la place du Chapitre actuelle. C'était un petit oratoire sous le vocable de saint Martin, appelé la chapelle de Marmont ou de Longes. Il avait été bâtie par les SAUVAGE DE MARMONT, famille bressane titulaire d'un fief près de Vonnas. Elle fut consacrée en 1471. Les chanoinesses demandèrent à Monsieur CHARBONNIER DE GRANGEAC qui en avait hérité en même temps que de la seigneurerie de Longes, de la démolir et de transporter les restes des châtelains de Longes dans l'église paroissiale. Elle fut démolie en 1744.

L'ancienne église paroissiale fut réparée plusieurs fois :

Le projet de construction

Les plans datés du 19 octobre 1887

plan de l'église plan de l'église plan de l'église

Conseil municipal du 19 décembre 1887

Il est écrit dans le compte rendu du conseil municipal de Neuville-les-Dames en date du 19 décembre 1887 :

Le conseil vote une somme de 25000 francs à emprunter au Crédit Foncier sur 30 ans, à 6,2876%, constituant des annuités de 1562 francs.

Montant du devis : 94800 francs :

Engagement de la Fabrique50000 francs
Matériaux de la vieille église2500 francs
Vote du Conseil Municipal25000 francs
Secours demandé17300 francs

La Fabrique lança une souscription qui permit de rassembler 40000 francs dont 20000 francs apportés par Victor DUGAS. Deux personnes apportèrent 5000 francs, trois personnes 1000 francs. Les autres souscripteurs participèrent pour des montants allant de 1 franc à 50 francs.

Le 20 mai 1888, le Conseil municipal accepta une proposition de vente d'un terrain pour la nouvelle église de 281 m2 pour 843 francs.

Premier retour du projet de construction

Lettre du 25 mai 1888

Le 25 mai 1888, Tony Ferret, architecte départemental de l’Ain et inspecteur des travaux de l’église de Brou, adressa une lettre au Préfet et une lettre à Victor DUGAS, maire de Neuville-les-Dames. La lettre adressée au Préfet contient les termes de la lettre adressée au Maire.

Voir le contenu de la lettre au Préfet

Extrait de la délibération du Conseil municipal du 27 mai 1888

Voir le contenu de la délibération du 27 mai

Il est facile d'imaginer le poids de Victor DUGAS quand il parle de plusieurs souscripteurs qui ne maintiendraient pas leurs souscriptions. Trois personnes ont apporté les trois quart de la souscription dont Victor DUGAS la moitié.

Deuxième retour du projet de construction

Lettre du conseiller d’État, directeur des cultes au Préfet du 26 juin 1888

Voir le contenu de la lettre du conseiller d’État

Extrait de la délibération du Conseil municipal le 22 juillet 1888

Voir le contenu de la délibération du 22 juillet

Acceptation du projet avec des modifications

Voici un extrait de la lettre du garde des sceaux datée du 19 janvier 1889 adressée au Préfet

Voir le contenu de la lettre du garde des sceaux

Observations sur l'évolution du projet

Il serait intéressant de disposer des plans successifs réalisés et d'autres documents pour bien comprendre les demandes et en particulier les dernières.

Les plans initiaux sont très proches de la réalisation finale. Quelques différences apparaissent :

L'architecte et le conseil municipal ont réussi à convaincre du bien fondé de leur projet sans devoir faire de modification.

Il semble que certains aménagements de l'église aient été financés directement par des donateurs. La présence de blasons sur les vitraux et sur la tribune en serait une conséquence. Ainsi, la tribune et un rehaussement du clocher et de son escalier d'accès aurait été financés par Victor DUGAS.

Des vitraux ne disposant pas de blasons, représentent des saints en lien avec des donateurs.

Malheureusement, le manque de documents ne permet pas de connaître tous les donateurs, le coût des vitraux, celui de la tribune, ...

Construction

L'église Saint-Maurice fut construite sur un terrrain communal. La première pierre fut bénie le 13 octobre 1889. L'église, bénie le 23 août 1890, fut consacrée le 3 mai 1892. Le prix de la construction s'éleva à 108249 francs dont une subvention de 50000 francs fournie par la commune de Neuville-les-Dames. Le surplus provint de souscriptions recueillies par la fabrique. Une signature de Lucien Bégule avec l'année 1891 figure sur un vitrail de l'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames. Outre la date de réalisation, ceci montre que l'ensemble des vitraux fut l'objet d'une commande unique : Lucien Bégule signait un vitrail par commande.

Le 4 mars 1894, le décompte général des travaux de l'église fut approuvé pour un montant de 108248,75 francs;. Les honoraires de l'architecte Tony Ferret furent de 6127,31 francs. Le devis supplémentaire, essentiellement pour la construction de la crypte, est de 12026,91 francs.

Des pièces de charpente du clocher proviennent de l'ancienne église paroissiale.

Les pierres utilisées proviennent de cinq carrières :

Loi de séparation de l'Église et de l'État

Inventaire des biens de la fabrique de Neuville-les-Dames du 27 mars 1906

Voir l'inventaire du 27 mars 1906

Le Curé, Masset, a refusé de signer les procès-verbaux. Le président de la fabrique, Paul DUGAS (fils de Victor DUGAS) était absent. Ils ont remis des protestations annexées au dossier.

CAROILLON, sous-inspecteur des Domaines à Bourg
ROUSSEL, percepteur à Neuville-les-Dames.

Protestations contre l'inventaire de l'église

Protestation de Monsieur Paul DUGAS (fils de Victor DUGAS), président du Conseil de Fabrique

Voir le contenu de la protestation de Paul DUGAS

Protestation du curé de Neuville

Voir le contenu de la protestation du curé de Neuville

L'extérieur de l'église

Extérieur de l'église Extérieur de l'église Extérieur de l'église
Les deux tourelles situées de part et d'autre de l'abside et le transept contibuent à la majesté de l'édifice construit au sommet d’un coteau, que l'automobiliste en provenance de Châtillon-sur-Chalaronne ne peut manquer de remarquer.

Façade nord Façade ouest Façade ouest
Façade nord : la déclivité du terrain est compensée par la crypte. Façade ouest avec ses renforts et sa tourelle nord. Vue d'en bas, cette façade est impressionnante. La vue extérieure des vitaux invite le visteur à rentrer dans l'église pour les découvrir.

Façade ouest Façade ouest Façade sud Façade sud
Façade ouest avec ses renforts et sa tourelle sud. Façade sud Un emplacement pour une porte a été prévu mais la porte n'a jamais été installée.

Façade sud Façade est Façade est
Façade et transept sud.

Façade est Façade est
Façade est et cime du clocher

Les céramiques du clocher

Un soin particulier a été apporté à la décoration du clocher.

Céramiques du clocher Céramiques du clocher
Céramiques du haut du clocher. Vingt-huit métopes numéro 88 ornent le sommet du clocher.

Céramiques du clocher Céramiques du clocher
Céramiques situées au dessus de l'horloge. Vingt-quatre métopes numéro 89 ornent le milieu du clocher.

Céramiques du clocher Céramiques du clocher
Deux cadrans d'horloge numéro 215.

Ainsi le clocher est orné par 54 céramiques décoratives. Les deux cadrans d'horloge semblent composés de vingt-cinq éléments.

L'intérieur de l'église

En entrant

Nef collatérale gauche Nef Nef collatérale droite
Nef collatérale gauche Nef principale Nef collatérale droite

Chapelle de la Vierge Chœur Chœur Chapelle Saint-Maurice
Chapelle de la Vierge En approchant du chœur Chœur Chapelle Saint-Maurice

En se retournant

Nef collatérale gauche Nef Nef collatérale droite
Nef collatérale droite Nef principale Nef collatérale gauche

L'ensemble des vitraux

Deux autres présentations existent sur le site www.asso-eglise-saint-maurice.fr. Ces approches donnent plusieurs visions.

Inventaire

L'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames est ornée :

Chacune des rosaces est composée de neuf petits vitraux. S'il est couramment dit que l'église est ornée de 18 vitraux, il serait plus exact de dénombrer 34 vitraux pour en apprécier l'ampleur.

Contexte religieux

Il n'est pas possible de rentrer dans la logique qui a dicté le choix des personnages sans prendre en compte le contexte religieux de la fin du XIXe siècle.

Ce siècle a été marqué :

Les vitraux du chœur

Vitrail de saint François-Xavier Vitrail du Sacré-Cœur de Jésus Vitrail de saint Victor
Vitrail de saint François-Xavier Vitrail du Sacré-Cœur de Jésus Vitrail de saint Victor
Baie numéro 01
Saint François-Xavier
(en savoir plus sur saint François-Xavier)
Baie numéro 00
Sacré-Cœur de Jésus
Baie numéro 02
Saint Victor
(en savoir plus sur saint Victor)
Saint François-Xavier est représenté en train de baptiser. Sur la côte de la Pêcherie, la multitude de ceux qui recevaient le baptême était si grande, que François-Xavier, à force de baptiser, ne pouvait presque plus lever les bras. Saint Victor est représenté en tenue militaire avec la palme du martyre.
Le soubassement représente un miracle de résurrection dans un cimetière.
Il est écrit dans le procès de canonisation qu’il ressuscita quatre morts sur la côte de la Pêcherie.
Deux morts furent ressuscités à Coulan, village de Travancor.
Le soubassement représente la cène :
  • l'institution de l'eucharistie
  • saint Jean posant sa tête contre le cœur de Jésus,
  • le départ précipité de Judas qui trahit Jésus, symbolisé par le tabouret renversé.
Le soubassement représente saint Victor au moment de son martyre avec le pied coupé.
L'aigle impérial et la couronne de laurier sont au pied de l'empereur. Un temple est visible au loin. Un ange lui apporte la palme du martyre et la couronne de sainteté.
L’Empereur lui ordonna d’adorer une idole de Jupiter qu’on avait mise sur un autel avec de l’encens. Victor, saisi d'horreur, poussa l’autel avec son pied et le renversa ainsi que l’idole.
Le prince, pour venger ses dieux, lui fit aussitôt couper le pied. Il eut finalement la tête tranchée.
Voir saint François-Xavier sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir le Sacré-Cœur de Jésus sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Victor sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Le Sacré-Cœur de Jésus, représenté sur la baie numéro 00, fut l'objet d'une grande vénération à la fin du XIXe siècle suite à l'insciption officielle de sa fête au calendrier liturgique par le pape Pie IX le 23 août 1856.

Le blason de la famille DUGAS est placé de manière symétique sur les deux vitraux situés de part et d'autre du vitrail central. Victor DUGAS a probablement financé ces deux vitraux, celui de droite représente son saint patron.

Le blason de la famille BAROU DE LA LOMBARDIÈRE DE CANSON est présent sur le vitrail de saint François-Xavier, patron du grand-père de la femme de Victor DUGAS, Françoise Jacquine Marie Alice BAROU DE LA LOMBARDIÈRE DE CANSON.

Les vitraux des chapelles

Vitrail de saint François-Xavier Vitrail du Sacré-Cœur de Jésus
Vitrail de saint François-Xavier Vitrail du Sacré-Cœur de Jésus
Baie numéro 03
Marie Immaculée
Baie numéro 04
Saint Maurice (en savoir plus sur saint Maurice)
Marie est représentée avec la lune sous ses pieds et avec des étoiles autour de la tête. Il s'agit d'une partie de la description de la femme dans le livre de l'Apocalypse. Saint Maurice est représenté avec la palme du martyre et la lance. Une tradition veut que le soldat romain qui a percé le flanc du Christ sur la Croix à l’aide de sa lance se nomme Longinus (en français Longin) et que saint Maurice aurait possédé cette lance.
Le soubassement qui a été refait en 1946 par Luc Barbier représente la Sainte famille dans l'atelier de Joseph. Jésus fabrique une croix pendant que ses parents l'observent. Joseph a suspendu son travail, un marteau à la main. Marie s'est arrêté de filer. La signature « L. BEGVLE LYON.1891 » figure à la base du soubassement. Seul ce vitrail est signé, ce qui signifie que tous les vitraux de l'église ont fait l'objet d'une commande unique. Le soubassement représente le martyre de saint Maurice. L'étendard de la légion est à terre. Saint Maurice et ses hommes prient le ciel. Ils n'ont pas d'armes face à leurs bourreaux armés de lances.
Voir Marie Immaculée sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Maucice sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Marie Immaculée est représentée sur la baie numéro 03 en référence au dogme de l'Immaculée Conception promulgué le 8 décembre 1854. De plus Marie, mère de Jésus, ne pouvait qu'être proche de son fils donc proche de son cœur.

Saint Maurice représenté sur la baie numéro 05 est le patron de la paroisse.

Le blason de la famille DUGAS figure à gauche de ces deux vitraux. Le blason de la famille de Pierre-Henri DE LESTAPIS, gendre de Victor DUGAS, figure à droite du vitrail de saint Maurice. Le blason de la famille BAROU DE LA LOMBARDIÈRE DE CANSON figure à droite du vitrail de Marie Immaculée. D'après une photo, ce blason remplace un blason qui figurait sur le soubassement initial ou son projet.

Les vitraux du transept

Vitrail de la rosace gauche Vitrail de sainte Marie Madeleine Vitrail de sainte Cateherine d'Alexandrie Vitrail de la rosace droite
Vitrail de sainte Marie Madeleine Vitrail de sainte Cateherine d'Alexandrie
Baie numéro 105
rosace
Baie numéro 05
Sainte Marie-Madeleine
Baie numéro 06
Sainte Catherine (en savoir plus sur sainte Catherine d'Alexandrie)
Baie numéro 106
rosace
Sainte Marie Madeleine est représentée avec de longs cheveux et un vase de parfum à ses pieds : ayant entendu dire que Jésus Christ dînait chez Simon le lépreux, Magdeleine y alla avec empressement, et n’osant pas, en sa qualité de pécheresse, se mêler avec les justes, elle resta aux pieds du Seigneur, qu’elle lava de ses larmes, essuya avec ses cheveux et parfuma d’une essence précieuse. Elle porte une croix : elle était sans doute au pied de la croix lors de la passion ; ce fut à elle que Jésus Christ apparut en premier après sa résurrection. Sainte Catherine est représentée avec une couronne royale sur la tête, la palme du martyre et de la virginité, une épée et une roue à crochets . Catherine, fille du roi Costus, se refusa à l'empereur Maxence qui fit réaliser une machine à quatre roues garnies de scies de fer et de clous très aigus pour la martyriser ; la machine fut miraculeurement détruite ; l'épée symbolise son martyre par décapitation.
Le soubassement représente une scène en deux temps sur deux plans :
  • nn arrière plan, Marie Madeleine découvre que le tombeau est vide et demande au jardinier qui a volé le corps du Seigneur,
  • au premier plan, elle reconnaît le Seigneur et le prie un genou à terre
Jérusalem apparaît au fond. Des fleurs ont même éclos au pied des roches.
Sainte Catherine est la patronne des chanoinesses ; le soubassement représente les chanoinesses en prière, revêtues de l'aumuse et de leur coiffe appelée « petit mari ».
Voir sainte Marie Madeleinse sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir sainte Catherine d'Alexandrie sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Les baies numéros 105 et 106 sont situées en haut du transept. Elles l'éclairent et servent de décoration extérieure à l'édifice. De l'intérieur de l'église, elles ne se remarquent pas spontanément.

Sainte Marie Madeleine représentée sur la baie numéro 05 était proche de Jésus donc du Sacré-Cœur.

Sainte Catherine d'Alexandrie représentée sur la baie numéro 06 était la patronne des chanoinesses. Il est logique qu'elle soit placée à côté du patron de la paroisse.

Trois blasons sont représentés sur ce vitrail. Ce sont les blasons des familles LA FLÉCHÈRE DE BEAUREGARD, SAINT-JULIEN, DURAND-DE-GEVIGNEY, descendantes d'Adélaïde DE BERBIS ancienne chanoinesse devenue Madame JUSSIEU DE SAINT-JULIEN.

Les vitraux des apôtres

Vitrail de saint Jean Vitrail du saint Pierre
Vitrail du saint Pierre
Baie numéro 07
Saint Jean
Baie numéro 08
Saint Pierre
Saint Jean est représenté les yeux levés au ciel, une main levée et une coupe dans l'autre main. La position de sa première main peut signifier son attention, la transmission d'une parole. Le pontife des idoles, Aristodème, donna du poison à deux condamnés à mort. À peine l’eurent-ils pris qu’ils rendirent l’âme. L’apôtre prit la coupe et se fortifiant du signe de la croix, avala tout le poison sans éprouver aucun mal, ce qui incita tous les assistants à louer Dieu. Puis il donna sa tunique à Aristodème et lui dit : « Va la mettre sur les corps de ceux qui sont morts et dis : 'L’apôtre de Jésus Christ m’a envoyé vers vous pour vous ressusciter au nom de Jésus Christ'. » Il l’eut à peine fait qu'ils ressuscitèrent. Saint Pierre est représenté les yeux levés au ciel avec deux clefs, une pour le royaume céleste et une pour le royaume terrestre.
Ce vitrail n'a pas de soubassement car une porte avait été prévue en-dessous. La porte n'a jamais été posée. Le soubassement représente la scène durant laquelle Jésus demande par trois fois à Pierre s'il l'aime en référence aux trois foix où il l'a renié. Jésus donne à Pierre les clefs du royaume des cieux et lui confie ses brebis.
Voir saint Jean sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Pierre sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Saint Jean, représenté sur la baie numéro 07, était l'apôtre le plus proche de Jésus. Il est représenté avec la tête contre son cœur sur le soubassement de la baie numéro 00. En vis-à-vis sur la baie numéro 08 est représenté un autre apôtre saint Pierre, symbole de l'infaillibilité pontificale proclamée lors du concile Vatican I en 1870.

Les vitraux des évêques

Vitrail de saint François de Sales Vitrail du saint Anthelme
Vitrail de saint François de Sales avant restauration Vitrail du saint Anthelme
Baie numéro 09
Saint François de Sales (en savoir plus sur saint François de Sales)
Baie numéro 10
Saint Anthelme (en savoir plus sur saint Anthelme)
Saint François de Sales est représenté une main levée, un livre dans l'autre sur lequel il est écrit VIE DEVOTE. Il porte l'étole sur une chasuble. La position de la main peut être la main qui attire l'attention et qui enseigne. François de Sales a beaucoup enseigné et prêché. L'Introduction à la vie dévote est un livre qui fut traduit dans de nombreuses langues et qu'Henri IV prenait un plaisir incroyable à lire. Il n'est pas représenté avec les attributs de l'évêque. Il était évêque de Genève exilé à Annecy. Saint Anthelme est représenté les yeux levés vers le ciel en habit de chartreux avec les attributs de l'évêque. Il fut général des Chartreux puis évêque de Belley.
Le soubassement refait en 1946 par Luc Barbier représente saint François de Sales en train d'enseigner. Nous de disposons pas de photos du soubassement initial réalisé par Lucien Bégule. Le soubassement représente Saint Anthelme distribuant du pain à des pauvres. Etant à Portes, saint Anthelme fit face à une famine durant laquelle il fit une distribution de blé aux pauvres pour soulager leurs besoins les plus pressants, et ordonna d’en prêter, sur parole, à tous les laboureurs pour ensemencer leurs terres. Quand les greniers furent épuisés, plein de confiance, il ordonna de faire des distributions aux pauvres et le blé regorgea de toutes parts.
Voir saint François de Sales sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Anthelme sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Saint François de Sales, représenté sur la baie numéro 09, est un saint qui vécut peu de temps après saint François-Xavier. Si saint François-Xavier fut missionnaire à l'action déterminante, saint François de Sales fut un évangélisateur qui sut trouver les bons arguments face au protestantisme. C'était un homme doux qui enseignait qu'il était possible de devenir saint en effectuant son devoir quotidien.

Les vitraux de saints assez récents qui ont vécu non loin de Neuville-les-Dames

Vitrail du saint Pierre Chanel Vitrail de saint Vincent de Paul
Vitrail de saint Vincent de Paul
Baie numéro 11
Saint Pierre Chanel (en savoir plus sur saint Pierre Chanel)
Baie numéro 12
Saint Vincent de Paul (en savoir plus sur saint Vincent de Paul)
Saint Pierre Chanel est représenté avec la palme du martyre et une herminette à ses pieds. Cet outil de charpentier a été utilisé pour son martyre. Sur le vitrail est inscrité "B. P. CHANEL", car Pierre Chanel a été béatifié par Léon XIII le 16 novembre 1889, deux ans avant la réalisation du vitrail, puis canonisé par Pie XII le 13 juin 1954. Saint Vincent de Paul est représenté tenant un enfant dans les bras, en référence à l'Œuvre des enfants trouvés qu'il a fondé pour accueillir les nombreux enfants nés du libertinage ou dans la misère, souvent exposés aux portes des églises ou dans les places publiques.
Le soubassement refait en 1946 par Luc Barbier représente le martyre de saint Pierre Chanel. Deux des armes qui ont été utilisées pour son martyre sont représentées. Le soubassement représente saint Vincent de Paul remettant le règlement de vingt-quatres pages manuscrites à la première présidente des « Dames de la charité », Françoise Baschet de La Chassagne entourée de ses co-équipières dans la chapelle de l’ancien hôpital de Châtillon-sur-Chalaronne.
Voir saint Pierre Chanel sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Vincent de Paul sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Saint Pierre Chanel, représenté sur la baie numéro 11, est né à Cuet village pas très éloigné de Neuville-les-Dames. Il était mariste et a participeé activement à la création de cette congrégation. Il vécut à l'époque de saint Jean-Marie Vianney, le curé d'Ars.

Saint Vincent de Paul, représenté sur la baie numéro 12, vécut à l'époque de saint François de Sales qu'il connaissait très bien. Il fut supérieur d'un couvent de religieuses de la Visitation à la demande de saint François de Sales. Il passa cinq mois à Châtillon-sur-Chalaronne. La première confrérie des Dames de la Charité fut fondée canoniquement à Châtillon le 8 décembre 1617.

Les vitraux de saints plus anciens qui sont morts non loin de Neuville-les-Dames

Vitrail du saint Trivier Vitrail de saint Bonet
Baie numéro 13
Saint Trivier (en savoir plus sur saint Trivier)
Baie numéro 14
Saint Bonet (en savoir plus sur saint Bonet)
Saint Trivier est représenté en habit monastique avec une croix à la main. Saint Bonet est représenté les yeux levés en l'air, montrant le ciel d'une main et tenant de l'autre une crosse et un rouleau.
Voir saint Trivier sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr Voir saint Bonet sur www.asso-eglise-saint-maurice.fr

Auncune scène n'est représentée sur les soubassements de ces vitraux qui sont cachés par les confessionnaux.

Saint Trivier, représenté sur la baie numéro 13, d'abord moine à Thérouanne, finit sa vie à Utinges après y avoir ramené deux captifs. Ses reliques furent transportées dans un monastère dit de Saint-Pierre, bâti sur le chemin de Saint-Trivier à Chaleins. Elles allèrent de là enrichir le monastère de Neuville-les-Dames où elles périrent dans un incendie.

Saint Bonet plus connu sous le nom de saint Bonnet, représenté sur la baie numéro 14, fut évêque de Clermont à la suite de son frère saint Avit II. Il finit ses jours au monastère de l’Ile-Barbe près de Lyon, où il mourut le 15 janvier 709. Inhumé à Lyon, son corps fut transféré à Clermont 11 ans plus tard. L’immense procession qui suivit la dépouille de l’Évêque le long de la voie aquitaine, fit une première étape à l’emplacement du lieu-dit Saint-Bonnet-le-Froid. La chapelle dans laquelle fut déposé son corps, incendiée sous la Révolution, fut reconstruite grâce au philosophe Antoine Blanc de Saint-Bonnet. Une de ses descendante fait partie des donateurs au profit de l'église Saint-Maurice.

Le vitrail du tambour

Vitrail du tambour

Les céramiques intérieures

Les céramiques de la tribune

Tribune vu de côté Tribune vue de face Tribune vue de côté
La tribune est ornée de sept céramiques.
La céramique centrale représentant le blason de Victor DUGAS, est encadrée par deux céramique identiques.
Les deux céramiques placées sur les faces latérales de la tribune sont identiques aux deux céramiques placées aux extrémités de la face avant de la tribune.

Les autres céramiques

Céramiques Céramiques
Décoration des voutes Décoration d'une voute

Céramiques Céramiques
Huit rosaces numéro 229 Dix-huit métopes numéro 82 dans la nef et neuf dans le chœur

Ainsi l'intérieur de l'église est ornée de quarante-deux céramiques décoratives.

Au total, quatre-ving seize céramiques décorent l'église Saint-Maurice de Neuville-les-Dames.

Les sculptures

Chapelle de la Vierge Chapelle Saint-Maurice Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté
Chapelle de la Vierge vue de la chapelle Saint-Maurice Chapelle Saint-Maurice vue de la chapelle de la Vierge Chapiteau sculpté en haut du pilier séparant le chœur et la chapelle Saint-Maurice de la nef principale et de la nef collatérale droite

Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté

Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté Chapiteau sculpté

Les chapiteaux du chœur et du transept ont été sculptés en empruntant les thématiques romanes. Leur construction est identique et la symbolique des feuillages est utilisée.(Voir les composants d'un chapiteau roman.)

Chapiteau non sculpté
Les chapiteaux de la nef ne sont pas sculptés.

Le mobilier

Les autels

Autel de la chapelle de la Vierge Autel prinipal Autel de la chapelle Saint-Maurice
Autel de chapelle de la Vierge Autel principal Autel de la chapelle Saint-Maurice

Les stalles

Stalles
Stalles provenant de l'ancienne église Sainte-Catherine des chanoinesses

Stalle de présidence Stalle de présidence Stalle de présidence
Stalles de présidence

Mobilier divers

Ambon Vierge Saint Maurice
Ambon Vierge Saint Maurice

La cloche

La clcche de l'ancienne église des chanoinesses La clcche de l'ancienne église des chanoinesses La clcche de l'ancienne église des chanoinesses

Vers 1770, les chanoinesses firent reconstruire leur église. En 1772, le compte des dépenses casuelles du Chapitre mentionne une dépense conséquente pour la refonte de la cloche.

Comme beaucoup d’autres cloches, elle fut descendue pendant la Révolution et envoyée à la fonderie de Pont-de-Vaux pour y être transformée en canons. Elle échappa à la fonderie et les habitants de Cruzille-les-Mépillat l'ont récupérée pour l’installer dans leur clocher.

En 1821, le maire de Neuville-les-Dames mentionna dans une lettre au préfet une cloche dont les habitants de Cruzille s'étaient, dit-on, emparés. Il la réclama en vain à plusieurs reprises. Vers 1970 la cloche fendue fut descendue et rachetée par la commune de Neuville puis déposée dans l'église actuelle.

Cette cloche comporte l’inscription suivante :

ILLVSTRISSIME ET REVERENDISSIME SEIGNEUR MONSEIGNEVR ANTOINE DE MALVIN DE MONTAZET ARCHEVEQUE ET COMTE DE LYON
PRIMAT DE FRANCE ET A FRANCOISE DE TENAY SAINT CHRISTOPHE DOYENNE DES COMTESSE DE NEUVILLE
ME PIERRE SOLUMIEUX CURE ME CLAUDE BRUNARD VICAIRE 1772.

Quatre têtes d’angelots dans un triangle ornent le haut de la cloche.

En bas sont représentés un calvaire avec Marie Madeleine aux pieds du Christ et la Vierge à l’enfant.

La crypte

L'entrée de la crypte L'entrée de la crypte
L'entrée de la crypte La salle principale vue de l'entrée

La chapelle de la crypte La chapelle de la crypte
La chapelle de la crypte vue de l'entrée

Vitrail gauche de la chapelle de la crypte Vitrail central de la chapelle de la crypte Vitrail doit de la chapelle de la crypte
Baie 01 Baie 00 Baie 02

Les vitraux ont été réalisés en 1983 par Claude Baillon dont l'atelier est à Millau.

La chapelle de la crypte La crypte
La chapelle de la crypte vue de l'autel En sortant de la crypte

Sources
  • Liste de biens dont la fabrique n'a que la jouissance
  • Catalogue Perrusson et Desfontaines
  • NEUVILLE LES DAMES Des origines à nos jours 1993 (Lucien CHARRIN)