LOGO église et histoire

Saint Avit (de Vienne)



Dernière mise à jour
le 03/04/2020

Plan du site
Menu en haut de page
Aide
Retour à la liste des saints

Fête 5 février, fête locale
Naissancevers l'an 450
Mort525
Fonction évêque de Vienne
Saints contemporains
NomNaissanceMortFonction
saint Appolinairevers l'an 453vers l'an 520évêque de Valence
saint Benoîtvers l'an 48021/03/547
saint Césaire d'Arlesvers l'an 470542évêque d'Arles
père de l'Église
sainte Clotilde545
saint Eugend, Eand, Oyend450512abbé de Condat (4e)
saint Lupicinvers l'an 480
saint Médard de Noyonvers l'an 456560évêque de Noyon
saint Namat486559évêque de Vienne
saint Patientvers l'an 480archevêque de Lyon
sainte Scholastiquevers l'an 480543
saint Sigismond524
saint Véran481
saint Viventiolevers l'an 523évêque de Lyon
Hommes contemporains
NomNaissanceMortFonction
Childebert I vers l'an 497 23/10/558 roi de Paris
roi d'Orléans
Chilperic I vers l'an 476 roi des burgondes
Clodomir vers l'an 495 25/06/524 roi d'Orléans
roi des Francs
Clotaire I vers l'an 498 561 roi des Francs
Clovis I vers l'an 466 27/11/511
Evénements religieux
DésignationDate
Concile d'Épaune, Épaone, Epaonense 517
Synode de Lyon 517
Autres Evénements
DésignationDate
Création du premier monastère de femmes en pays gaulois 507

Avit, comme son frère Apollinaire, naquit à Vienne après 450 dans une noble famille. Il succèda sur le siège épiscopal de Vienne vers 494-518 à la mort de son père Hesychius, lui-même évêque de Vienne. Il fut l'âme de la vie catholique dans le royaume des Burgondes, encore en partie ariens.

Le roi Clovis, même avant son baptême, le consulta.

Par son prestige, sa foi et son savoir-faire, il fut l'un des plus grands artisans de la disparition de l'arianisme en Gaule. Excellent diplomate, bon orateur, écrivain fécond, il laissa plusieurs traités de théologie, des homélies et des poèmes fort bien versifiés.

Ses nombreuses homélies et une lettre de 'conduites et recommandations' à Clovis, le lendemain de son baptême, nous renseignent sur cette période troublée.

Son livre en vers sur l'origine du monde, aurait partiellement disparu dans l'incendie de Vienne.

Il fut à l'initiative du concile d'Epaone qui réunit en 517, vingt cinq évêques. Il se félicita de la conversion de Clovis et il convertit à la foi catholique le roi burgonde Sigismond et sa nièce Clotilde, future reine des Francs. Il convertit également son ami le roi de Burgondie, Gondebaud, arien, à la Sainte Trinité. Ce dernier lui demande alors de combattre l'arianisme virulent de Constantinople enseigné par Eutychès et Sabellius.

Il baptise l'héritier royal Saint Sigismond fondateur de l'Abbaye de St Maurice d'Agaune en Valais.

Il mourrut vers 525 à Vienne où son souvenir est toujours vivant.

SourcesNominis