LOGO église et histoire

Saint Julien de Brioude



Dernière mise à jour
le 03/04/2020

Plan du site
Menu en haut de page
Aide
Fête 8 août, fête locale
Mortvers l'an 304
Saints contemporains
NomNaissanceMortFonction
sainte Catherine d'Alexandrievers l'an 294vers l'an 312
saint Mauricevers l'an 287
sainte Philomènevers l'an 300
saint Victor de Marseillevers l'an 290

Saint Julien est issu d'une des meilleures familles de Vienne en Dauphiné. Il se sanctifia dans la profession des armes, sous le tribun Ferréol qui était aussi chrétien.

Crispin, gouverneur de la province Viennoise, s'étant mis à persécuter les fidèles en exécution des édits de Dioclétien, Julien se retira en Auvergne afin d'être loin de sa famille et plus libre dans son zèle. Il rendit service à ceux qui souffraient pour la religion.

Sachant que les émissaires du chef de garnison Crispin le cherchaient pour le persécuter, il sortit de la maison d'une veuve où il se tenait caché à Brioude, alla au-devant des soldats chargés de l'arrêter, et leur dit : « C'est rester trop longtemps dans ce monde, pour un cœur qui brûle d'un désir ardent de se réunir à Jésus-Christ. » Il eut à peine fini de parler, que les soldats lui coupèrent la tête. Ce martyre fut consommé près de Brioude en 304 pendant la persécution de Dioclétien.

On ignora longtemps le lieu où reposaient ses reliques qui furent miraculeusement découvertes en 431 par saint Germain d'Auxerre lorsqu'il passa par Brioude en revenant d'Arles. Son chef fut ensuite transporté à Vienne avec le corps de saint Ferréol. Saint Grégoire de Tours, qui rapporte un grand nombre de miracles opérés par l'intercession de saint Julien, parle d'une église de Paris qui lui était dédiée et qui a porté successivement le nom de Saint-Julien-le-Vieux et de Saint-Julien-le-Pauvre.

Le corps de Ferréol et la tête de Julien étaient vénérés dans la basilique Saint-Ferréol-en-Gal, construite par saint Mamert, mais aujourd'hui entièrement détruite. Le tombeau du martyr devint à Brioude un lieu de culte.

Son culte fut si important que près de quatre-vingt-dix localités et communes portent son nom en France. Près de 300 églises sont sous le vocable de saint Julien. Aux XIe et XIIe siècles fut bâtie à Brioude une imposante basilique romane, la plus belle d'Auvergne, haut-lieu des pèlerinages anciens où les rois de France s'arrêtaient quand ils se rendaient au Puy.

Sources
  • Nominis
  • Nouvelles fleurs de la vie des saints
  • Dictionnaire agiographique