LOGO église et histoire

Sainte Philomène



Dernière mise à jour
le 03/04/2020

Plan du site
Menu en haut de page
Aide
Fête 10 août, fête locale
Mortvers l'an 300
Saints contemporains
NomNaissanceMortFonction
sainte Catherine d'Alexandrievers l'an 294vers l'an 312
saint Julien de Brioudevers l'an 304
saint Mauricevers l'an 287
saint Victor de Marseillevers l'an 290

Liste des chapitres

La découverte de la sépulture

A l'époque du saint Curé d'Ars, les catacombes romaines étaient inventoriées. C’est ainsi que la tombe de sainte Philomène fut découverte le 25 mai 1802 à Rome lors de fouilles dans la catacombe de Priscillia. Trois blocs portaient l'inscription suivante en plomb rouge : "LUMENA PAXTE CUM FI", entourés par des caractères symboliques chrétiens : une palme, trois flèches, une fleur et une ancre. En modifiant l'ordre des blocs, on obtenait : "PAXTE CUM FILUMENA", soit : "La Paix soit avec toi, Philomène", ce dernier nom signifiant "Bien aimée" (du grec Phileo : aimer), ou d'après la racine latine "Fille de la lumière" (Filia luminis).

Des ossements identifiés comme ceux d'une jeune fille de 13 à 15 ans furent découverts derrière la cloison. Les archéologues découvrirent également, noyée dans le ciment, une petite fiole de sang à demi brisée(1), petit vase habituellement joint par les premiers chrétiens aux tombes des martyrs.

La palme indique le triomphe du ciel, les flèches sont sans doute des instruments de supplice, la fleur est le signe de l'innocence et de la jeunesse, l'ancre celui de l'espérance éternelle.

Les humbles ossements furent rassemblés et transportés pieusement au Trésor des reliques. Ni le vénérable prélat, ni les témoins de la scène ne pensaient, en retournant à Rome, qu'ils portaient un précieux fardeau : l'une des plus glorieuses thaumaturges de l'Église. Cette découverte a été faite dans la plus ancienne partie de toute la catacombe de sainte Pricille. Sainte Philomène appartenait à l'âge voisin du siècle apostolique, c'est-à-dire, au plus tard, à l'an 150 de l'ère chrétienne. Ceci est en contradiction avec le récit que sainte Philomène fit de sa vie. De plus, les sacristains du IVe siècle avaient la coutume de modifier l'ordre des pierres tombales anciennes pour signifier que le sépulcre avait été réemployé pour une autre personne.

Le transport des reliques

En l’an 1805, un saint prêtre de Mugnano, aux environs de Naples, se rendit à Rome à la suite de l'évêque de Potenza, dans le dessein d'obtenir pour son église un des corps saints trouvés aux catacombes. Ce prêtre se nommait Don François de Lucia. Introduit pour faire son choix dans le Trésor des reliques, ses yeux rencontrèrent sur un reliquaire, le doux nom de la sainte enfant. Aussitôt, il se sentit pris d'un désir extrême de posséder cette relique. Elle lui fut promise, puis refusée. Suite à son insistance, elle lui fut accordée grâce aux instances de puissants protecteurs. Le reliquaire fut donc remis aux mains du dévot pèlerin.

Partis à la fin de juin 1805, l'évêque de Potenza et Don François de Lucia suivirent à petites journées la route de Rome à Naples. Le 2 juillet, ils entrèrent dans Naples où les voyageurs avaient des amis et des affaires. Ils placèrent le reliquaire dans la chapelle particulière de Don Antoine Terrès, libraire de renom.

La création de la châsse

Selon la vieille coutume italienne, les ossements furent rangés chacun à leur place dans un figuré revêtu d'une robe blanche et d'un manteau de pourpre. Le tout fut enfermé dans une châsse transparente, scellée du sceau épiscopal.

Aussitôt commença la vénération publique. Mais la chapelle de Terrès devint promptement trop étroite. Il fallut transporter le reliquaire dans une église voisine où, trois jours durant, il resta exposé. Il y eut un immense concours, mais on ne signala aucun miracle. Chose mystérieuse, dès que le reliquaire fut remis dans le petit oratoire d'où on l'avait tiré, les prodiges commencèrent.

Les miracles

Le premier fut en faveur de ses pieux gardiens. La femme de Terrès fut guérie radicalement d'une maladie réputée incurable dont elle souffrait depuis douze ans.

Un avocat, Michel Ulpicella, en proie depuis six mois à une sciatique rebelle à tout remède, n'eut qu'à se faire transporter dans la chapelle pour recouvrer immédiatement la santé.

Une noble dame, affligée d'un ulcère cancéreux, mit, le soir, sur sa plaie, une relique de la Sainte ; le lendemain matin, un chirurgien qui venait faire l'amputation, trouva la gangrène entièrement disparue.

Le transport de Naples à Mugnano

Deux hommes robustes arrivés de Mugnano à Naples pour le transport du reliquaire dirent avec quelle impatience leurs compatriotes attendaient le trésor annoncé.

Le samedi soir, 9 août, le cortège se mit en marche. Il dut cheminer la nuit pour éviter les ardeurs du soleil, terrible dans ces contrées durant la canicule.

Le cortège fut accueilli par une foule enthousiaste. Le reliquaire fut placé sous un dais triomphal auprès de l'autel, du côté de l'Evangile dans l’Église des Grâces.

Les miracles à Mugnano

Il y avait à Mugnano un nommé Angel Bianco qu'une goutte cruelle retenait au lit depuis plusieurs mois. En entendant, la nuit qui précéda l'entrée du reliquaire, les cloches sonner pour éveiller la ville, il se mit à prier de toute son âme, et au matin sa foi fut si vive qu'il s'élança tout malade hors de son lit pour aller voir la Sainte. O prodige ! Au bout de quelques pas il fut guéri ! Son apparition à l'église fut saluée par tous ceux qui le savaient impotent, et puis par la foule entière.

Le dimanche suivant, une veuve de Mercogliano apporta à la messe son fils unique, estropié de naissance, absolument perclus. Au moment de l'élévation, la pauvre femme s'abîmait dans la prière, lorsqu'elle sentit l'enfant, assis à côté d'elle, se lever et partir. Elle regarda son fils, complétement guéri qui marchait d'un pas ferme vers le reliquaire.

L'après-midi, un grand orateur parla en chaire sur cet événement. En l'écoutant, une femme de l'auditoire pensa subitement à sa fillette de deux ans, aveugle, qui recouvrirait la vue si elle baignait ses pauvres yeux obscurs avec l'huile d'une lampe allumée devant la Sainte. Prise d'impatience, sans attendre la fin du discours, elle se leva, traversa la foule malgré les réclamations des assistants, et parvint à la lampe. Elle humecta les yeux de l'enfant qui fut subitement guérie.

De nombreuses femmes ayant des difficultés pour mettre au monde leurs enfants furent immédiatement soulagées après avoir invoqué sainte Philomène.

Le 10 août 1823, la statue de sainte Philomène se mit à suinter une huile parfumée.

Contexte politique

En 1799, le général Championnet entra à Naples et transforma le vieux royaume en république. La domination française était bien plus subie qu'acceptée, et l'armée d'occupation devait se tenir constamment en garde contre les surprises.

La dévotion

Sans attendre l’avis de Rome :

La présentation à Léon XII

Pendant que Don François de Lucia achevait d'écrire un livre sur l'histoire prodigieuse qui se déroulait à Mugnano, Mgr Ludovici, le prélat qui avait présidé en 1802 à la découverte des précieuses reliques, voulut présenter lui-même l'ouvrage au pape Léon XII. L'ayant parcouru, le vicaire de Jésus-Christ fit, dans sa réponse, un éloge complet de celle qu'il n'hésita pas à nommer la grande Sainte.

Les miracles qui suivirent la présentation à Léon XII

A Rome même, sous les yeux du Pape, une religieuse dont on n'attendait plus que le dernier soupir fut guérie.

L'évêque de Népi et Sutri, Mgr Anselme Basilici, possédait un des ossements de sainte Philomène. Voulant faire des heureux, il travailla un jour à enfermer de petites parcelles d'un ossement dans des reliquaires pour en distribuer à ses diocésains. Lui et ses aides s’aperçurent que la provision ne diminuait pas, malgré cent trente emprunts. Une nouvelle distribution de reliques n'eut pas plus d'effet. Emerveillé, l'évêque en tenta une troisième avec des soins plus minutieux encore ; on n'en put plus douter, les reliques se multipliaient miraculeusement.

À la même époque, eut lieu la guérison de Mlle Pauline Jaricot, l'illustre Lyonnaise dont nous parlons plus loin.

La fête spéciale

Un décret du pape Grégoire XVI, daté du 30 janvier 1837, institua une fête spéciale en l'honneur de sainte Philomène, avec une Leçon propre introduite dans le Bréviaire. La bienheureuse enfant est la seule parmi les saints sortis des catacombes à laquelle on ait fait cet honneur.

La visite de Pie IX

Pendant la tourmente révolutionnaire, le pape Pie IX fut forcé de se réfugier à Naples auprès de Ferdinand II. Il alla à Mugnano pour porter à l'innocente martyre l'hommage de son cœur meurtri par l'ingratitude de ses sujets. En réponse, l'aimable Vierge guérit simultanément un enfant affreusement malade. Le Souverain Pontife adopta aussitôt le jeune miraculé, et il ordonna qu'on le place, à ses frais, au séminaire de Bénévent.

Grégoire XVI avait institué une fête en l'honneur de sainte Philomène : Pie IX décida que, pour cette fête, un office tout spécial serait composé. Ceux qui connaissent les traditions de l'Église savent bien que cet hommage est un des plus éclatants qu'elle puisse rendre aux élus. La cinquième leçon de Matines dit : « Non seulement, de saints prélats et des ecclésiastiques de grand nom, mais encore des rois, des princes et d'autres fidèles illustres par leur piété et leur noblesse sont venus de lointaines contrées vénérer son tombeau, la remercier de ses bienfaits, comme l'attestent tant de vases d'or et d'argent, de rubis et de pierres précieuses, monuments de leur piété. »

La guérison de Pauline-Marie Jaricot

Pauline-Marie Jaricot ressemblait à sainte Thérèse. Ardente, passionnée, généreuse et d'une rare culture intellectuelle, elle fit un sacrifice total de son enfance à Dieu et se voua aux œuvres de piété et de zèle. Elle fonda la Propagation de la Foi et le Rosaire-Vivant. Elle avait joué également un rôle important dans l'établissement de l'association de la Sainte Enfance.

Elle eut une violente maladie de cœur et l'on crut qu'elle n'y résisterait pas. Les Frères de Saint-Jean-de-Dieu lui avaient fait connaître sainte Philomène et ses miracles. Malgré son état qui obligeait, pour la changer de place, de la transporter assise dans un fauteuil, Pauline-Marie Jaricot voulut entreprendre le pèlerinage de Mugnano.

Elle dit avant son départ : « Totalement épuisée par la douleur, je me disais en moi-même: "J'ai survécu au choc terrible et à l'excitation du bombardement(2) et je suis toujours en vie, alors que bien des semaines et des mois ont passé. Il y a sûrement en cela un secret dessein de la Providence divine. Je réussis à obtenir du médecin qu'il me dise que mon état était si désespéré que ce que je pouvais faire n'avait plus d'importance. Cette déclaration calma mes scrupules. J'ai entendu le médecin murmurer sans savoir que j'étais éveillée : "Laissez-la tranquille, laissez-la partir, elle n'ira pas bien loin." »

Lorsque les hommes qui accompagnaient Pauline eurent atteint le sommet du mont Cenis, ils s’arrêtèrent pour contempler le paysage. C'est à ce moment qu'apparut soudain un bel enfant qui s'approcha de Pauline, lui sourit gentiment et lui offrit une rose blanche. Personne ne savait d'où venait cet enfant, les guides ne l'avaient jamais vu auparavant. Puis l'enfant disparut aussi soudainement qu'il était venu. Dans ces régions enneigées, les roses ne poussaient pas.

Sa réputation l'avait précédée à Rome. Elle fut reçue avec honneur au Sacré-Cœur de la Trinité-du-Mont, et le pape Grégoire XVI s'y rendit pour la voir. Frappé de son état, le doux Pontife n'hésita pas à lui demander de prier pour lui, dès qu'elle serait au Ciel.

Elle répondit : « Oui, Très Saint Père, je vous le promets, mais si, à mon retour de Mugnano, j'allais à pied au Vatican, Votre Sainteté daignerait-elle procéder sans retard à l'examen définitif de la cause de sainte Philomène ? »

Grégoire XVI répliqua : « Oh oui, ma fille, car alors il y aurait miracle de premier ordre ». Puis se retournant vers la Supérieure de la maison, il ajouta en italien pour que Pauline-Marie Jaricot ne comprît pas : « Qu'elle est donc malade, notre fille ! Nous ne la reverrons plus, elle ne reviendra pas. »

Pauline-Marie Jaricot sourit : la foi fortifiait son espérance. Malgré l'ardeur néfaste du climat, la moribonde put arriver à Mugnano le 8 août 1835. La fête de la sainte Philomène était célébrée le surlendemain. L'héroïque malade passa tout le jour devant les reliques, au milieu d'une foule immense attirée par la solennité. Bientôt la transformation s'opéra. Une chaleur intense l’envahit ; une joie étrange la pénètra ; elle fut guérie ; le miracle imploré venait de s'accomplir.

Craignant les transports du peuple, elle se fit encore porter, malgré la consternation générale. Le lundi soir, 10 août, après la bénédiction et le départ de la foule, elle se hasarda et marcha seule jusqu'à la porte, sans faire usage du grand fauteuil, son véhicule ordinaire. Quand le gardien de l'église la vit ainsi sur pied, stupéfait d'abord, convaincu ensuite, il poussa des cris, fit mettre les cloches à la volée, et la bonne Pauline-Marie Jaricot qui avait voulu se soustraire aux ovations populaires dut subir d'indescriptibles assauts. Elle se prêta doucement à toutes les exigences.

En reconnaissance, Pauline-Marie Jaricot installa sur sa chaise de poste la relique qu'elle avait obtenue, et une belle statue de sainte Philomène.

Pauline-Marie Jaricot retourna voir Grégoire XVI qui, constatant qu’elle était pleine de force et de santé, ne put maîtriser son émotion. Il s’écria : « Est-ce bien ma chère fille ? Revient-elle de la tombe, ou Dieu a-t-il manifesté en sa faveur la puissance de la Vierge martyre ? » Il fit marcher Pauline dans les immenses salles du Vatican et dit : « Encore, encore plus vite ! Je veux être sûr de n'avoir pas sous les yeux une apparition de l'autre monde. »

L'auguste vieillard combla Pauline-Marie Jaricot de privilèges et la retint à Rome une année entière, afin qu'une enquête approfondie puisse être menée sur le miracle dont elle fut la bénéficiaire. Il ordonna d'instruire canoniquement la cause de sainte Philomène.

Le 30 janvier 1837, le pape Grégoire XVI autorisa le culte de sainte Philomène.

Rentrée en France, Pauline-Marie Jaricot fit élever, dans sa propriété de Fourvière, une chapelle en l'honneur de sa bienfaitrice. L'image et les reliques qu'elle avait rapportées de Mugnano y furent placées. Ce fut le premier sanctuaire public établi en France en l'honneur de la Bienheureuse. Les ex-voto couvrent ses murs.

La noble femme consacra ensuite toute sa fortune à la régénération de la classe ouvrière, devinant en cela, par cette clairvoyance surhumaine que Dieu donne aux Saints, le besoin capital de l'heure présente.

Sainte Philomène et le curé d’Ars

Pauline-Marie Jaricot reçut de nombreux visiteurs à qui elle chantait les louanges de sainte Philomène.

Le curé d’Ars fut l’un de ces visiteurs. Curé d’une des plus pauvres paroisses de la région, il venait de temps à autre tendre la main pour ses pauvres auprès de Pauline-Marie Jaricot. Il puisait aux mains constamment ouvertes de la riche Lyonnaise.

Elle lui remit une relique de sainte Philomène en lui disant : « Monsieur le Curé, ayez grande confiance en cette Sainte ; elle vous obtiendra tout ce que vous lui demanderez ».

A dater de ce jour, le Prêtre parlait constamment de sainte Philomène avec une tendresse inspirée. Elle faisait tout ce qu'il voulait avec une docilité d'enfant. Quelque faveur qu'on lui demandât en son nom, elle l'accordait. Il se crut un jour obligé de modérer la complaisance de la sainte, trouvant que tant de miracles faisaient trop parler de lui.

La petite Sainte ne l'écouta guère, et non seulement elle continua ses prodiges, mais elle voulut en faire un pour lui-même. En 1843, à force de se priver de tout de nourriture, et de feu, le curé d’Ars avait pris une fluxion de poitrine. Très mal en point, il reçut les derniers sacrements, en attendant le dénouement fatal. Pendant qu'une messe se disait pour lui à Sainte Philomène, il s’endormit doucement, puis se réveilla peu après guéri. Durant ce sommeil mystérieux, il murmura plusieurs fois le nom de sainte Philomène. Il a été dit que Philomène lui serait apparue.

Monsieur Monnin, son historien, dit : « C'est une opinion générale, que sainte Philomène lui était apparue, et lui avait dit des choses qui ont fait, jusqu'au terme de sa longue vie, la consolation du saint prêtre. »

Ce miracle resserra encore l'union du saint prêtre et de l'aimable enfant. Le biographe du curé d’Ars dit : « Leurs cœurs allèrent toujours s'unissant de plus en plus, au point qu'il y avait entre eux dans ces dernières années, on le sait par des confidences réitérées, un commerce immédiat et direct, et, dès lors, le saint vivant eut avec la bienheureuse, la familiarité la plus douce et la plus intime. C'était d'une part une perpétuelle invocation, de l'autre une assistance sensible, une sorte de présence réelle. »

Le curé d’Ars parlait de « sa chère petite sainte, son consul, son prête-nom, sa chargée d'affaires près de Dieu. »

Pendant vingt-cinq ans l'église d'Ars n'a pas désempli, et personne n'y est entré sans entendre parler de la petite Sainte. Sans quitter son village, il a couvert la France de sanctuaires en son honneur. Il recevait de tous côtés des statues à bénir. A sa mort, en 1859, il avait mis la France aux pieds de sainte Philomène.

Sainte Philomène et Sœur Marie-Louise de Jésus

En août 1833, Philomène se révéla à Sœur Marie-Louise de Jésus, une religieuse tertiaire dominicaine, pour lui raconter sa vie. Ce récit reçut l'imprimatur le 21 décembre 1833.

Sainte Philomène et les papes

Après avoir autorisé le culte de sainte Philomène, le pape Grégoire XVI établit sa fête et son office propre, et la déclara : "la plus grande thaumaturge du XIXe siècle". Il devait bientôt lui donner le titre de "Patronne du Rosaire Vivant".

Pie IX avait été miraculeusement guéri par sainte Philomène quand il était archevêque de Spolète. Devenu pape, il fut chassé de Rome par la Révolution de 1848. Il vint célébrer personnellement la messe à Mugnano le 7 novembre 1849. Il pria pour demander à sainte Philomène d'intercéder auprès de Dieu pour que la liberté du siège apostolique fût respectée. Cinq mois plus tard, il pouvait rentrer à Rome. Il déclara sainte Philomène "Patronne secondaire du Royaume de Naples", et confirma le 31 janvier 1855, l'Office propre et la Messe de sainte Philomène. Il nomma Philomène "Patronne des Enfants de Marie".

Le pape Léon XIII, avant de devenir pape, fit deux pèlerinages à Mugnano. Le 24 septembre 1889, il accorda le titre et le privilège d'Archiconfrérie à l'Œuvre de sainte Philomène pour la France.

Sainte Philomène et d’autres personnes

Sainte Madeleine-Sophie Barat, Mr Léon Dupont, le saint Homme de Tours, Pierre-Julien Eymard, saint Pierre Chanel avaient une dévotion particulière pour sainte Philomène.

Le sang de la Sainte

Le sang de Philomène contenu dans un vase de cristal est très sec et ressemble à des cendres. Sous les yeux des pèlerins, le sang se transforme et des pierres précieuses apparaissent : des rubis, des émeraudes, des particules d'or et d'argent. Parfois, il y a aussi des particules noires : on dit qu'elles présagent des désagréments, des afflictions, ou révèlent l'indignité de ceux qui vénèrent la relique. Ces transformations ont été vérifiées et déclarées authentiques par les plus hautes autorités ecclésiastiques :

L'ampoule du sang est maintenant dans la châsse de la Sainte. Il y avait autrefois un reliquaire où l'on avait mis une partie du sang pour l'offrir au baiser des fidèles. Ce reliquaire a été volé en 1972.

La "figure" de cire

Une "figure" de cire contenant les ossements de Philomène est conservée dans une urne vitrée qui permet de voir l'image. Cette image somptueusement vêtue porte sur un doigt de la main droite, une grosse bague ornée d'une topaze, offerte par le pape Pie X. À plusieurs reprises la statue se transforma. Une première fois le 29 septembre 1805 : à la surprise des personnes présentes, la statue, de facture grossière et mal installée dans son coffret d'ébène trop petit, prit une position plus gracieuse, et le visage, assez laid, devint superbe. Vingt ans plus tard, en 1824, lorsqu'on eut remplacé le premier coffret par un autre plus beau et plus grand, on eut la surprise de voir les yeux s'ouvrir et les pieds et les jambes s'allonger comme pour occuper toute la place.

En 1841, la statue était placée de telle sorte que tout le monde ne pouvait pas la voir. Soudain toute l'assemblée vit la statue se tourner de trois-quarts pour devenir visible à tous. Le 27 mai 1892, la statue changea encore de position.

La grande statue

La grande statue offerte par le cardinal Ruffo-Scilla en 1806, sert, entre autres, lors des processions publiques de la Sainte. En 1823, lors d'une procession, les porteurs la sentirent soudain anormalement lourde. Des couleurs fleurissaient sur son visage, le rendant comme vivant. Le lendemain, une sorte de transpiration perlant sur le front de la statue remplissait l'air d'un parfum délicieux. Ce prodige dura longtemps. Il fut examiné et authentifié par les autorités civiles et ecclésiastiques.

Des signes

Parfois sortent de l'urne des sons cristallins comme si le verre était frappé par quelque chose de dur. Ce signe est bien connu.

D'autres signes ont été signalés ; nous citerons la multiplication de livres racontant la vie de sainte Philomène, ou d'images de la Sainte. Une fois, des reliques furent confiées à des personnes qui ne les traitèrent pas avec assez d'amour : elles disparurent. On les retrouva plus tard dans l'urne contenant les ossements de la Sainte.

Qui est réellement sainte Philomène?

L’absence de renseignements historiques

Les recherches humaines, même celles des plus grands savants du XIXe siècle, n'ont donné aucun renseignement sur la vie de sainte Philomène. Mais à plusieurs personnes fort éloignées géographiquement et ne se connaissant pas, Philomène révéla sa vie :

Le récit que sainte Philomène fit de sa vie à la religieuse napolitaine

Ma chère sœur, je suis la fille d'un prince qui gouvernait un petit État de la Grèce. Ma mère était aussi de sang royal. Comme ils étaient sans enfant et tous deux encore idolâtres, pour en obtenir, ils offraient continuellement des prières et des sacrifices à leurs faux dieux. Un docteur romain qui professait le christianisme, nommé Publius vivait dans un palais au service de mon père. Voyant l'affliction de mes parents, sous l'impulsion de l'Esprit Saint, il leur parla de notre foi et les assura que leurs prières seraient entendues s'ils embrassaient la religion chrétienne. Finalement, après mûre réflexion, ils reçurent le sacrement de baptême.

Je suis née au début de l'année suivante, un 10 janvier, et à ma naissance, ils me donnèrent le nom de 'Lumena', ou 'Lumière', car j'étais née à la lumière de la Foi à laquelle mes parents étaient maintenant ardemment dévoués. Le jour de mon baptême, ils me nommèrent 'Philomena', c'est-à-dire 'Fille de la lumière'. L'affection que mes parents me portaient était si grande qu'ils voulaient toujours m'avoir près d'eux. C'est pour cette raison qu'ils m'amenèrent à Rome avec eux à l'occasion d'un voyage que mon père devait faire en raison d'une guerre injuste dont il était menacé par l'arrogant Dioclétien. J'allais sur la fin de mes treize ans. Arrivés dans la capitale du monde, nous nous rendîmes au palais de l'empereur où on nous accorda une audience.

Tandis que mon père plaidait sa cause avec ardeur et cherchait à se justifier, l'Empereur ne me quittait pas des yeux et à la fin il déclara : « Cesse de te tourmenter; tu peux être parfaitement rassuré ; il n'y a plus de raison de s'inquiéter. Au lieu de vous attaquer, je mettrai toutes les forces de l'Empire à votre disposition à la condition que tu me donnes la main de ta fille, la jolie Philomène. »

Mes parents accédèrent à sa requête et, de retour chez nous, ils cherchèrent à me convaincre que j'allais être heureuse comme Impératrice de Rome. Je rejetai leur offre sans aucune hésitation en leur disant que j'étais devenue l'épouse de Jésus-Christ par un vœu de chasteté prononcé lorsque j'avais onze ans. Mon père s'efforça alors de montrer qu'une enfant de mon âge ne pouvait pas disposer d'elle-même comme elle l'entendait et il exerça toute la force de son autorité pour me faire obéir.

Lorsque l'Empereur reçut ma réponse, il la considéra comme un simple prétexte pour briser la promesse qui lui avait été faite : « Amène-moi la princesse Philomène, dit-il à mon père, je verrai si je peux la persuader. »

Mon père vint vers moi mais, voyant que j'étais inébranlable, lui et ma mère se jetèrent à mes pieds en m'implorant : « Mon enfant, aie pitié de ton père, de ta mère, de ton pays ! Aie pitié de notre royaume ! »

« Non, non, ai-je répondu, Dieu et ma virginité que je lui ai consacrée passent avant tout, avant vous, avant mon pays ! Mon royaume, c'est le Ciel. »

Mes paroles les plongèrent dans le désespoir et il leur fallut m'emmener devant l'Empereur qui, de son côté, fit tout en son pouvoir pour me gagner. Mais ses promesses, ses séductions, ses menaces furent également vaines. Il fut alors saisi d'un violent accès de colère et, influencé par le démon de l'impureté, il me fit jeter dans les prisons de son palais où l'on me chargea de chaînes.

Croyant que la douleur et la honte affaibliraient le courage que mon divin Époux m'inspirait, il vint me voir chaque jour; puis, après avoir détaché mes chaînes pour me permettre de prendre la petite portion de pain et d'eau que je recevais comme nourriture, il renouvela ses attaques dont certaines, sans la grâce de Dieu, auraient été fatales à ma pureté. Les échecs qu'il continua de rencontrer furent pour moi le prélude à de nouvelles tortures, mais la prière me soutenait. Je ne cessais de me recommander à Jésus et à sa Mère très pure. Ma captivité durait depuis trente-sept jours lorsque, au milieu d'une lumière céleste, je vis Marie tenant son divin Fils dans ses bras.

« Ma fille, me dit-elle, encore trois jours de prison et, après quarante jours, tu sortiras de cet état de douleur. »

Mon cœur battait de joie à l'annonce de cette nouvelle mais, comme la Reine des anges avait ajouté que je devrais quitter cette prison pour soutenir, dans des tourments effrayants, un combat bien plus terrible que les précédents, je passai immédiatement de la joie à l'angoisse la plus cruelle ; je pensai qu'il me tuerait.

« Courage, mon enfant, me dit Marie, ne sais-tu pas l'amour de prédilection que je te porte ? Le nom que tu as reçu au baptême en est l'assurance, par sa ressemblance avec celui de mon Fils et avec le mien. Tu es appelée Lumena ou Lumière. Mon Fils, ton Époux, est appelé Lumière, Étoile, Soleil. Et ne suis-je pas moi-même appelée Aurore, Étoile, Lune dans la plénitude de son éclat, et Soleil ? Ne crains pas, je t'aiderai. C'est maintenant l'heure de la faiblesse humaine et de l'humiliation, mais au moment de l'épreuve, tu recevras grâce et force. En plus de ton ange gardien, tu auras aussi le mien, l'archange Gabriel, dont le nom signifie "La force du Seigneur". Lorsque j'étais sur terre, il était mon protecteur. Je te recommanderai tout spécialement à ses soins, mon enfant bien-aimée. »

Ces paroles de la Reine des vierges me redonnèrent courage et la vision disparut en laissant ma prison emplie d'un parfum céleste.

L'Empereur, désespérant de me faire accéder à ses désirs, eut alors recours à la torture pour me terrifier et m'amener à rompre mon vœu avec le Ciel. Il ordonna qu'on m'attache à un pilier pour être fouettée sans merci tandis qu'on me lançait d'horribles blasphèmes.

« Puisqu'elle est obstinée au point de préférer à un Empereur un malfaiteur condamné à mort par ses propres compatriotes, dit-il, elle mérite un châtiment approprié. »

Le tyran, me voyant toujours aussi déterminée bien que je ne sois qu'une plaie béante, ordonna qu'on me ramène en prison pour y mourir dans les souffrances. Je souhaitais la mort pour m'envoler dans les bras de mon Époux lorsque deux anges brillants apparurent qui versèrent un baume céleste sur mes plaies et je fus guérie. Le lendemain matin, l'Empereur fut surpris en apprenant la nouvelle. Me voyant plus forte et plus belle que jamais, il entreprit de me convaincre que je devais cette faveur à Jupiter, qui me destinait au diadème impérial.

Sous l'inspiration du Saint-Esprit, je rejetai ce sophisme et résistai à ses caresses. Fou de rage, il ordonna qu'on m'attache au cou une ancre de fer et qu'on me précipite dans le Tibre. Mais Jésus, pour montrer son pouvoir et confondre les faux dieux, envoya deux anges pour m'aider. Ils coupèrent la corde et l'ancre tomba dans la rivière où elle demeure enfoncée dans la boue. Ils me déposèrent ensuite sur la rive sans qu'une seule goutte d'eau ait mouillé mes vêtements.

Ce miracle convertit un grand nombre de spectateurs et Dioclétien, plus obstinément aveugle que Pharaon, déclara alors que je devais être une sorcière et ordonna qu'on me transperce de flèches. Mortellement blessée et sur le point de mourir, on me jeta à nouveau en prison. Au lieu de la mort qui aurait normalement dû survenir, le Tout-puissant me fit tomber dans un sommeil paisible dont je me réveillai plus belle qu'auparavant. Ce nouveau miracle mit l'Empereur dans une fureur telle qu'il donna l'ordre de répéter cette torture jusqu'à ce que mort s'en suive. Mais les flèches refusèrent de quitter les arcs. Dioclétien affirma que c'était le fait de la magie et, espérant que la sorcellerie serait impuissante contre le feu, il ordonna que les flèches soient rougies au feu dans un brasier. Cette précaution fut inutile. Mon divin Époux me sauva de la torture en retournant les flèches contre les archers, et six d'entre eux furent tués. Ce dernier miracle entraîna d'autres conversions et la foule commençait sérieusement à montrer des signes de mécontentement envers l'Empereur, et même de révérence pour la sainte Foi.

Par crainte de conséquences plus sérieuses, le tyran donna l'ordre de me couper la tête. Mon âme, glorieuse et triomphante monta vers le Ciel où je reçus la couronne de virginité que j'avais méritée par tant de victoires. Il était trois heures de l'après-midi, un dix août, qui était un vendredi.

Voilà pourquoi Notre-Seigneur a voulu que mon corps soit ramené à Mugnano un dix août, et pourquoi Il accomplit tant de miracles en cette occasion.

Des controverses

En 1961, suite à un décret, la Sacrée Congrégation des Rites raya sainte Philomène de tous les calendriers liturgiques de l'Église Universelle, supprimant du même coup l'Office propre avec Messe décrété le 11 janvier 1855 par le Pape Pie IX.

Le pape Pie X déclara au cours d'une audience du 6 juin 1907 : « Ah ! Sainte Philomène ! Je suis bien attristé par ce que l'on écrit à son sujet. Est-ce possible de voir de telles choses? On lut ce nom Filumena sur sa tombe. Que ce soit son propre nom ou qu'elle en portât un autre peu importe. Il reste, il est acquis que l'âme qui informait ces restes sacrés était une âme pure et sainte que l'Église a déclarée l'âme d'une vierge martyre. Cette âme a été si aimée de Dieu, si agréable à l'Esprit-Saint, qu'elle a obtenu les grâces les plus merveilleuses pour ceux qui eurent recours à son intercession. »

Le 7 octobre 2002, le Père Mark Miravalle, STD, professeur de théologie et de mariologie à l'université franciscaine de Steubenville dans l'Ohio aux USA, traitant du Statut ecclésial actuel de la dévotion à Sainte Philomène, écrivait : « Le statut de la dévotion à sainte Philomène a fait récemment l’objet d’une attention renouvelée après la publication d’un Martyrologe romain révisé par la Congrégation pour le Culte Divin, où l’omission de Ste Philomène a été perçue par certains comme un rejet officiel de son statut de sainte, chose quelque peu contradictoire avec le fait qu’elle continue d’être l’objet d’une dévotion populaire partout dans le monde. »

Le statut de la dévotion à Sainte Philomène a fait récemment l’objet d’une attention renouvelée après la publication d’un Martyrologe romain révisé par la Congrégation pour le Culte Divin, où l’omission de sainte Philomène a été perçue par certains comme un rejet officiel de son statut de sainte, chose quelque peu contradictoire avec le fait qu’elle continue d’être l’objet d’une dévotion populaire partout dans le monde. Ni la directive de 1961 de la Congrégation des Rites pour enlever sainte Philomène du calendrier, ni son omission dans le Martyrologe romain révisé n’affectent de façon négative la dévotion populaire à sainte Philomène établie par les Papes et approuvée par l’Église, dévotion qui continue de nos jours avec la sanction de l’Église.

Par conséquent, toute conclusion cherchant à invalider la dévotion populaire à sainte Philomène sur la base de son omission au Martyrologe romain révisé serait théologiquement erronée et contraire à la dévotion existante sanctionnée par l’Église envers la sainte martyre.

Don Giovanni Braschi, Recteur du Sanctuaire de Mugnano, a fait état d’une augmentation importante et largement répandue de pèlerinages nationaux et internationaux au Sanctuaire qui ont nécessité d’importants travaux de reconstruction pour l’hébergement des pèlerins (travaux complétés en septembre 2002). Les chapitres de l’Archiconfrérie se sont multipliés pour atteindre les cinq continents et l’augmentation est particulièrement forte dans les Îles Britanniques (Irlande, Écosse, Grande-Bretagne), aux Philippines, et en plusieurs endroits aux États-Unis. (cf. Bulletins de Mugnano, dépêches par courriel, 2000-2002.)

Des prières

Numéro 1

Illustre vierge et martyre, bienheureuse Sainte Philomène, dont le nom et les miracles sont connus jusqu'aux extrémités du monde, soyez sensible à ma confiance en votre intercession, et au désir que j'ai de voir votre culte s'étendre dans tout l'univers. Glorieuse vierge et martyre, je me réjouis avec vous de la puissance que le Seigneur vous a donnée, pour la gloire de son nom et pour l'édification de son Église. J'aime à vous voir si pure, si généreuse, si fidèle à Jésus, si élevée dans la gloire. Attirée par vos exemples à la pratique de la vertu, plein d'espoir à la vue des récompenses accordées à vos mérites, je veux fuir le péché, et accomplir tout ce que Dieu me commande. Aidez-moi, grande Sainte, à obtenir une pureté à jamais inviolable, une générosité qui ne se refuse pour l'amour de Dieu à aucun sacrifice, un dévouement sans bornes la foi catholique, et (nommez la faveur spéciale que vous désirez). Ce Dieu si bon pour lequel vous avez donné votre sang et votre vie, ce Dieu qui m'a tant aimé, ne refusera rien à vos prières. Ainsi soit-il.

Je vous salue, ô innocente Philomène qui, par l'amour de Jésus, avez conservé dans tout son éclat le lis de la virginité. Je vous salue, ô illustre Philomène, qui avez répandu si courageusement votre sang pour Jésus-Christ.

Je bénis le Seigneur pour toutes les grâces qu'Il vous a accordées pendant votre vie, et tout spécialement à l'heure de votre mort. Je Le loue et Le glorifie pour l'honneur et la puissance avec lesquels Il vous a couronnée, et je vous supplie d'obtenir pour moi auprès de Dieu les grâces que je demande par votre intercession.

Sainte Philomène, fille bien-aimée de Jésus et de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous. Ainsi soit-il.

Numéro 2

Je vous salue, ô innocente Philomène qui, par l'amour de Jésus, avez conservé dans tout son éclat le lis de la virginité. Je vous salue, ô illustre Philomène, qui avez répandu si courageusement votre sang pour Jésus-Christ.

Numéro 3

Je bénis le Seigneur pour toutes les grâces qu'Il vous a accordées pendant votre vie, et tout spécialement à l'heure de votre mort. Je Le loue et Le glorifie pour l'honneur et la puissance avec lesquels Il vous a couronnée, et je vous supplie d'obtenir pour moi auprès de Dieu les grâces que je demande par votre intercession.

Numéro 4

Sainte Philomène, fille bien-aimée de Jésus et de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous. Ainsi soit-il.

Numéro 5

Ô sainte Philomène, vierge et martyre, priez pour nous, afin que par votre puissante intercession nous puissions obtenir cette pureté de cœur et d'esprit.

Sources
  • Nominis
  • www.spiritualite-chretienne.com/prieres/neuvaines/Sainte-Philomene.html
  • nouvl.evangelisation.free.fr/sainte_philomene.htm

Notes

(1) Ce genre de petit vase était habituellement joint par les premiers chrétiens aux tombes des martyrs. Retour

(2) En 1834, Lyon connut des émeutes sanglantes : les canuts renouvelèrent leur insurrection de 1831 car les promesses qui leur avaient été faites n’avaient pas été tenues. En effet, ils travaillaient 16 heures par jour, entassés avec leur famille dans d’étroits logements. Ils supportaient péniblement les méfaits du machinisme. Retour