LOGO église et histoire

Concile d'Orange en 529



Dernière mise à jour
le 03/04/2020

Plan du site
Menu en haut de page
Aide
Retour
Saints contemporains
NomNaissanceMortFonction
saint Benoîtvers l'an 48021/03/547
saint Césaire d'Arlesvers l'an 470542évêque d'Arles
père de l'Église
sainte Clotilde545
saint Médard de Noyonvers l'an 456560évêque de Noyon
saint Namat486559évêque de Vienne
saint Nizier513573évêque de Lyon
sainte Radegonde518587
sainte Scholastiquevers l'an 480543
saint Triviervers l'an 550
Hommes contemporains
NomNaissanceMortFonction
Childebert Ivers l'an 49723/10/558roi de Paris
roi d'Orléans
Clotaire Ivers l'an 498561roi des Francs

Ce concile se réunit le 3 juillet 529. Il fut compos&eèrent et y souscrivirent vingt-cinq articles qui leur avaient été envoyés du saint Siege, touchant la grâce et le libre arbitre. Les cinq premiers sont en forme de tarions.

  1. Que le péché d’Adanr n'a pas seulement nui au corps, mais a l'âme.
  2. Qu’il n’a pas nui à lui seul, mais qu’il a passé à ses descendants.
  3. Que la grâce de Dieu n’est pas donnée à ceux qui 1'invoquent ; mais que c’est elle qui fait qu’on l’invoque.
  4. Qne la purgation du péché et le commencement de la foi ne viennent pas de nous, mais de la grâce.
  5. Que par les forces de la nature, nous ne pouvons rien faire, ni penser, qui tende au salut.

Les autres articles sont moins des canons que des sentences, tirées de saint Augustin et de saint Prosper, tendant à prouver la nécessité de la grace prévenante, et entre autres, que l'homme n’a de lui-même que le mensonge et le péché, mimo de suo habet nisi menducium et peccatum : la persévérance est un don de Dieu : que par le péché du premier homme, le libre arbitre a tellement été affaibli, que personne n’a pu véritablement aimer Dieu, croire en lui ou faire le bien, s’il n’a été prevenu par la grâce. Saint Cesaire envoya à Rome cette profession de foi pour la faire approuver.

Sources
  • "RECHERCHES HISTORIQUES SUR LE DÉPARTEMENT DE L’AIN." par M. A-C.-N.DE LATEYSSONNIÈRE. (1838)
  • Dictionnaire des Conciles par L'ABBÉ FILSJEAN, CHANOINE DE LA CATHÉDHALE DE SAINT-CLAUDE (1835).

Retour